La chirurgie ambulatoire de la ligamentoplastie du genou : le déroulement.

La chirurgie ambulatoire de ligamentoplastie : le déroulementUne chirurgie ambulatoire est possible désormais pour la chirurgie du ligament croisé du genou.

La mise en œuvre doit être programmée et anticipée. Les conditions de sécurité du patient reste le point le plus important. Des protocoles sont élaborés entre les équipes chirurgicales, d’anesthésie-réanimation et le personnel soignant dans le cadre d’une prise en charge ambulatoire. Ces protocoles doivent mettre en exergue l’information du patient, rendue obligatoire par la loi du 4 mars 2002, l’obligation de la consultation d’anesthésie et le mode de délivrance de l’aptitude à la rue.

La consultation chirurgicale préopératoire et la consultation pré-anesthésique permettent de sélectionner les patients pouvant bénéficier d’une prise en charge ambulatoire.

Il faut éliminer les contre indications :

  • ASA III ou IV non stabilisé : c’est à dire la présence de pathologies lourdes nécessitant une surveillance péri opératoire particulière
  • Antécédents médicaux pathologiques particuliers (insuffisance cardiaque, pathologie pulmonaire type asthme, insuffisance respiratoire, etc.)·      addictions : drogues, alcool
  • Le refus du patient et de son entourage
  • Absence d’accompagnant : le patient doit en effet être accompagné après l’intervention jusqu’à son domicile et surveillé pendant la période postopératoire
  • L’incompréhension et le manque d’autonomie du patient
  • L’isolement géographique : en France, un trajet de plus d’une heure entre le secteur hospitalier et le domicile du patient ou une distance supérieure à 100, 150 kilomètres restent une contre-indication à la chirurgie ambulatoire.

Organisation du suivi à domicile en chirurgie ambulatoire :

Le suivi au domicile :

  • Contact téléphonique jour et nuit à l’hôpital ou la clinique, une fois le patient de retour chez lui
  • Contact téléphonique médical 24 heures sur 24
  • Suivi systématique téléphonique avant et après l’intervention par un médecin : anesthésiste, chirurgien
  • Echanges avec le médecin de ville : correspondant identifié, informé d’une chirurgie ambulatoire
  • Suivi par l’infirmière de proximité : correspondance possible avec l’unité de chirurgie ambulatoire
  • Suivi par de la rééducation en post opératoire :
    • Soit avec le centre de rééducation
    • Soit avec le kinésithérapeute

Il y a toujours une possibilité de modifier l’hospitalisation prévue, soit pour le patient de rester hospitaliser le soir même, soit les jours suivants.

Docteur Nicolas LEFEVRE, Docteur Yoann BOHU, Docteur Serge HERMAN. – 2 juin 2014.